Depuis quelques années, on entend parler du cloud sans véritablement comprendre de quoi il s’agit. Ainsi, on parle plus exactement de cloud computing et voici tout ce qu’il faut savoir sur cette technologie devenue forme de stockage de données vedette du 21e siècle.

Définition du cloud computing

Cloud (prononcer cla – oud) est un mot anglais qui se traduit par « nuage » en français. Le symbole pour désigner cette technologie est naturellement un nuage. Le cloud computing est quant à lui traduisible en plusieurs termes : informatique en nuage, informatique nuagique ou même infonuagique chez nos cousins canadiens francophones.
Le cloud computing consiste à stocker et accéder à des données par l’intermédiaire d’internet plutôt que via le disque dur d’un ordinateur. Les données en question peuvent être sous les formes suivantes :

  • des applications (plateformes collaboratives, de suivi, de communication, de contenu)
  • des plateformes informatiques (base de données, d’exécution de logiciel, de fichiers)
  • des infrastructures (processeurs, unité de stockage, réseau)

Par exemple, grâce à cette technologie, les utilisateurs de Google Drive peuvent stocker des fichiers hors de leur ordinateur. Idem pour les cinéphiles et sérivores : grâce au cloud, ils peuvent accéder à des sites de vidéo à la demande, tout simplement en se connectant à internet.
 
C'est quoi le cloud ?
 

Comment accède-t-on au cloud ?

Si l’on devait décrire le cloud computing avec des éléments concrets, cela se déroulerait en 4 temps :

  • Les objets pour y accéder : smartphone, tablette, PC portable, PC fixe, serveur, navigateurs internet, réseau sans fil, réseau internet, etc.
  • Les infrastructures informatiques qui permettent aux utilisateurs d’accéder aux éléments hébergés sur le cloud. Ces infrastructures sont gérées par des entreprises spécialisées. On parle alors de data centers ou centres de données. Il s’agit de salles littéralement gigantesques, qui renferment des machines capables de stocker des quantités astronomiques de données dématérialisées.
  • Internet fait le lien entre les utilisateurs et les infrastructures informatiques.
  • Les applications hébergées par les infrastructures informatiques. En clair, par le cloud.

Le cloud computing concerne aussi bien les professionnels que le grand public. Même si pour ce dernier, l’affaire est plus transparente. Cette technologie possède évidemment ses partisans et ses détracteurs, ce qui ne l’empêche pas d’évoluer de jour en jour. Reste à savoir si elle présente des limites, sachant qu’elle nécessite la construction d’infrastructures de très grande taille…
 
À lire : Top 5 des problèmes informatiques les plus courants

Avatar

Les derniers articles par hamid moumite (tout voir)

Écrire un commentaire